Retour thématique

Etat des lieux de la LegalTech en 2021

juridique
technologie
L'alliance de la technologie et du juridique permet d’automatiser de nombreux mécanismes, découvrez les LegalTech françaises à surveiller, les prévisions pour 2021...
5 min
17 Mai. 2021
Raïssa MAMANE - Juriste
État des lieux de la LegalTech en 2021

Depuis leur création au début des années 2000 aux Etats-Unis, les LegalTech se sont multipliées de manière exponentielle. Une telle évolution s’explique avec le développement de la technologie au fil des années. En effet, l’alliance de la technologie et du juridique permet d’automatiser de nombreux mécanismes (par exemple : remplissage automatique de formalité à réaliser auprès des institutions ; automatisation dans la rédaction d’actes juridiques...).

1. La LegalTech : définition

Une LegalTech peut se définir comme une société qui allie juridique et technologie afin de fournir à ses clients une prestation 100 % numérique. Aujourd'hui, l'ensemble des LegalTech se spécialisent dans de nombreux domaines juridiques. En effet, on trouve des entreprises qui proposent une mise en relation entre avocats et particuliers, d’autres permettent la rédaction automatisée d’actes juridiques, ou encore la constitution simplifiée de sociétés.  

Pour en savoir plus sur les différents types de sociétés spécialisées dans la tech lisez notre article sur “L’émergence de la tech dans tous les secteurs”.

2. La LegalTech en France et l’impact de la pandémie

Aujourd’hui plus de 180 entreprises LegalTech existent en France. Les 3 principaux domaines d’intervention de la LegalTech sont :

  • La gestion et création d’actes  
  • La gestion et création d’entreprises  
  • Les litiges et droits des consommateurs

On peut s’attendre à un nombre toujours plus important de LegalTech dans les prochaines années, dû à l’engouement qu’elles suscitent chez les particuliers et les entreprises.

L’impact de la pandémie sur les LegalTech françaises a été globalement positif du fait qu’elles offrent à leurs clients une solution 100% numérique. En effet, le contexte sanitaire permet à ces sociétés d’accroître leur impact. Cependant, selon une étude effectuée par Wolters Kluwer et Maddyness, la crise liée à la COVID-19 a eu un effet négatif sur leurs clients avec de nombreuses répercussions à la fois sur le nombre de nouveaux contrats signés et le temps écoulé avant d’aboutir à une vente.

3. La LegalTech : bilan et prévisions

L’année 2020 a été moins florissante que la précédente en termes de levées de fonds avec 17,8 millions d’euros levés contre 52,1 millions en 2019.

Pour en savoir plus sur les levées de fonds, consultez notre article “Pourquoi envisager une levée de fonds”.

Au cours de l’année 2020 le nombre de créations de start-ups spécialisées dans la LegalTech est en chute, 3,6% de l’ensemble des LegalTech ont été créées en 2020 contre 21,7% en 2019 selon les entreprises ayant répondu au sondage.  

Reste à savoir si l’année 2021 connaîtra elle aussi une baisse du montant total de fonds levés. Jusqu’à aujourd’hui, les chiffres semblent prometteurs. C’est notamment le cas avec la levée de fonds annoncée par Lulp pour un montant 14 millions de dollars.  Lulp est une société ayant pour but de synchroniser et de réunir, dans un espace dédié unique et sécurisé, l’ensemble des personnes, échanges, documents et données, relatifs aux dossiers juridiques traités, afin de permettre aux cabinets d’avocats et aux directions juridiques de travailler conjointement et de manière plus efficace sur des questions complexes présentant des enjeux significatifs. A elle seule cette levée représente déjà plus des trois quarts des fonds levés en 2020.

4. Les LegalTech françaises à surveiller de près

  • Statutentreprise.com : Statutentreprise.com est une LegalTech dont le champ d’expertise englobe la création, la modification ou la liquidation d’entreprise. Cette start-up possède une expertise avérée lui permettant de simplifier la tâche de ses clients : des formalités juridiques indispensables à la mise en œuvre de leur projet entrepreneurial.  

  • Legalstart : Legalstart est une entreprise spécialisée dans les services juridiques en ligne qui apporte une aide précieuse à ses clients grâce à une offre innovante. Cette start-up permet aux personnes souhaitant créer leur entreprise de profiter d’un package composé notamment du dépôt des statuts et des différentes formalités administratives telles que l’annonce légale et bien d’autres encore. Cette LegalTech qui fait partie des leaders du marché français propose des solutions simples, efficaces et d’une grande rapidité pour la création de documents juridiques divers, de qualité, à des tarifs abordables. Elle est, en outre, connue pour proposer à sa clientèle un abonnement comprenant, par exemple, l’accès à plus de trente documents juridiques, comme par exemple des lettres de réclamation aux fournisseurs, des statuts de sociétés, des attestations de stage et bien d’autres encore. Cette start-up a l’avantage de proposer des envois en recommandés électroniques ainsi que l’utilisation d’une signature via internet.

  • Captain contrat : Captain contrat est une plateforme qui a été créée en 2014 par Philippe et Maxime Wagner, deux frères. Son offre est destinée aux chefs d’entreprise et comprend près de 32 documents juridiques tels que le dépôt de marque, les contrats d’embauche, les statuts et bien d’autres encore. Pour bénéficier de documents juridiques précis et personnalisés, les clients de cette LegalTech française sont mis en contact avec une douzaine d’avocats via téléphone.

  • Legalife : Legalife est un spécialiste de génération de documents juridiques dématérialisés. Elle met à la disposition de ses clients quelques 1 200 formulaires leur permettant de créer facilement des documents dans de nombreux secteurs du droit tels que le droit du travail ou encore le droit des sociétés. Grâce à cette start-up, les entreprises de petite taille peuvent facilement externaliser leur service juridique à moindre coût.

  • Payfit : Payfit est une plateforme qui propose des solutions fiables pour la paie des salariés des petites entreprises. La start-up met à la disposition de ses clients un logiciel performant et simple d’utilisation qui leur garantit une gestion facile de leurs employés. Ses clients gagnent en temps en lui confiant certaines formalités importantes telles que les déclarations sociales par exemple. Cette LegalTech française permet à ses clients de se concentrer sur leur cœur de métier avec son offre d’automatisation de la paie de leurs salariés.

 

  • Capbloc : Capbloc est une plateforme qui propose à ses clients la dématérialisation de registres légaux (assemblées et mouvements de titres), la tenue d’assemblées à distance avec une signature électronique avancée, la conservation et la signature de documents juridiques via un coffre-fort numérique 100% français et sécurisé, la migration de l’historique d’une société.
    La dématérialisation des registres de mouvements de titres se fait par un ancrage en blockchain (pour en savoir plus sur cette technologie lisez notre article sur “La technologie blockchain : Utilisations et évolutions”). Une telle opération a été rendue possible par le décret de dématérialisation du 24 décembre 2018 qui intègre dans le droit français le Dispositif d’Enregistrement Electronique Partagé (autre nom de la blockchain).  
    La solution MonJuridique permet ainsi aux différents acteurs de la vie d’une société d’établir des registres légaux sur la blockchain, de tenir des assemblées générales à distance par un système de vote sécurisé et bien d’autres fonctionnalités. Économisez du temps et gagnez en efficacité en découvrant toutes les fonctionnalités MonJuridique.

En définitive les LegalTech sont en constante évolution, et ce, malgré la crise sanitaire que nous traversons depuis 2020. Même si le nombre de sociétés spécialisées dans la technologie juridique nouvellement créée est en baisse, celles déjà créées ne subissent pas toutes l’impact négatif de la pandémie. Dès lors il semblerait que ce domaine se maintienne face à la crise pendant que d’autres, malheureusement, sont en difficulté.

Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Recevez nos derniers articles
Inscription à la newsletter MonJuridique
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.